Menu

Content Starts Êtes-vous kakorraphiophobe?

Plusieurs crossfiteurs souffrent de kakorraphiophobie liée à la course à pied. Une personne souffrant de kakorraphiophobie envisage si intensément la possibilité d’un échec qu’elle refuse de prendre le risque, c’est-à-dire de prendre part à une course telle que le Relais magique. Il s’agit d’une peur anormale, exagérée et persistance de l’échec. Par définition, l’anxiété engendrée par toute phobie particulière est disproportionnée et la personne atteinte est généralement consciente de ce fait, ce qui laisse croire que les sources du problème sont inconscientes. Une solution vers la guérison est de trouver l’événement déclencheur, de l’affronter et de passer à autre chose. Par exemple, êtes-vous tombé quand vous étiez jeune lors d’une course en vous barrant les pieds dans le tuyau de balayeuse? Est-ce qu’un camarade de classe a ri de vous, car il vous a vu courir comme un singe dans la cour de récré? Avez-vous eu trop d’ampoules sur les pieds après votre première « Spartan Race »? Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, il y a de l’espoir de guérison.

Pour se soustraire à cette peur, les crossfiteurs phobiques de la course à pied évitent les situations perçues comme « à risque ». Ils éviteront systématiquement tout wod ayant de la course ou pire ils vont la remplacer par du rameur. Un dicton nous rappelle d’ailleurs que « mieux vaut savoir courir que de savoir ramer lorsque la maison est en feu ». Or éviter l’objet de sa peur entretient, voire renforce, cette crainte.

Une deuxième approche pour la guérison est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) utilisée pour traiter les troubles anxieux. L’objectif de la TCC est l’acquisition du comportement le plus adapté à une situation donnée. En TCC, on ne cherche pas à retrouver l’origine de la phobie, mais plutôt à comprendre comment la personne entretient cette phobie. La personne phobique peut même dénigrer la course à pied et créer des justificatifs cognitifs erronés par exemple « ça ne sert à rien de courir, j’ai un char ».

Le thérapeute établit ensuite avec le patient un programme d’ « exercices » thérapeutiques individualisés. Le principe : l’exposer, de manière construite et progressive, à l’objet de sa peur. Le thérapeute augmente graduellement la difficulté des exercices, mais le patient se sent de plus en plus à l’aise parce qu’il apprend à gérer les émotions et les pensées liées à sa phobie. Voici les étapes de votre thérapeute virtuel.

Étape 1. Pour votre journée, enfilez vos souliers de course. Apprennez à ne faire qu’un avec ceux-ci. N’entretiennez pas de haine envers vos souliers.

Étape 2. Comme pour votre corps svelte de type Chest-bras, allez-y avec l’approche : Marche-course. Pour chaque minute de course, marchez en deux!

Étape 3. S’intéresser à cet objet de phobie. Lire sur la course à pied. Joindre un groupe Facebook. Vous amenez à voir que la course à pied n’est pas le démon de l’apocalypse qui vous terrorise nuit et jour, mais plus comme un « chum » de longue date avec qui il fait bon prendre une bière et se remémorer des souvenirs fictifs ou non, mais certainement exagérés « Te souviens-tu de la fois où j’ai deadlifté 425? Euh.. ce n’était pas plus 325 et tu t’avais cassé le dos big??».

Étape 4. Allez courir des distances de plus en plus longues. Reconnectez-vous à votre « vous », avec la nature et avec la vie : votre vie. Quand vous atteindrez cette reconnexion, il se pourrait que vous remettiez vos choix de vie en question. Par exemple, vous teindre en blonde, vous achetez une décapotable, partir au Nicaragua pour faire le party ou tout simplement assumer, qui vous êtes, et porter un « jacket de cuirette ».

Étape 5. Reposez-vous. Respectez la règle du 1/3 : 33% du temps à dormir, 33% du temps à travailler et 33% du temps à écouter des CSI : Miami en reprise. Laissez votre corps récupérer. Bain de sel d’Epsom : OUI, collier en pur noisetier : NON.

Étape 6. Recommencez l’étape 4.

Étape 7. Devenez moine bouddhiste. Transformez-vous en lumière. Visitez la galaxie. Apprenez à contrôler les forces fondamentales du cosmos. Arrêtez le Big Crunch, évitez la disparition des dinosaures et du sirop aux bananes.

Voilà, vous êtes guéri. Passez Go, inscrivez-vous au Relais magique et réclamez des dons.